Geneanet > Pesquisar > Biblioteca

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation à différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution.--Son véritablé caractère (Volume 02)

Registo reservado a membros Premium

Aceda à totalidade da Biblioteca de Genealogia: livros antigos, monografias, jornais antigos, etc. Mais de 3 mil milhões de pessoas indexadas, uma mina de ouro que pode enriquecer a sua genealogia!
A partir de US$ 4,13 por mês

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation à différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution.--Son véritablé caractère (Volume 02)

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation à différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution.--Son véritablé caractère (Volume 02)

Fonte : Internet Archive

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation à différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution.--Son véritablé caractère (Volume 02)

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation à différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution.--Son véritablé caractère (Volume 02)

Fonte : Internet Archive

Resultados : ALONSO


Página 12

- 36. - Martin Alonso 26


Página 34

plus intéressés dans ces procès, Martin Alonso était mort depuis près de vin^t ans quand ils commencèrent et son frère,


Página 35

eu des rapports étroits avec Martin Alonso, n'aient pas exagéré la part qu'ils lui ont attribuée dans la grande entreprise


Página 56

Martin Alonso était le chef de cette famille, il avait de la fortune et jouissait


Página 57

à Rome: hallû quel dicho Martin Alonso era ido à Roma , et s'il ne l'attendit pas à la Rabida


Página 59

Martin Pinzon, second fils de Martin Alonso, que cette carte est mentionnée pour la première fois.


Página 62

témoin. Arias Ferez, fils de Martin Alonso répondit affirmativement et que ces " deux faits furent regar-


Página 63

on demanda s'ils savaient que Martin Alonso se disposait à aller à ses frais à la recherche des terres que


Página 64

plus tard, les fils de Martin Alonso répondent par l'affirmative et plusieurs témoins disent tenir le fait de lui-même. Il


Página 65

et par la renonciation de Martin Alonso à son dessein d'aller à la recherche des terres dont il croyait connaître


Página 66

la renonciation du fils de Martin Alonso, découle logiquement de Pensemble des dépositions prises, particulièrement de celle du second fils


Página 68

K", la l'inla, que commandait Martin Alonso, qu'on vit d'abord la terre , mais G(^lomb déclara qu'il avait aperçu auparavant


Página 69

écrit. Un homme intelligent comme Martin Alonso, un armateur, c'est-à-dire un homme d'affaires, n'aurait pas procédé autrement. Or, les Pinzon


Página 70

circonstances de la mort de Martin Alonso, en l'absence de


Página 153

famille, et notamment son chef, Martin Alonso, rendit à Colomb. Mais si on lit avec attention et sans parti pris


Página 154

où les services rendus par Martin Alonso sont mentionnés. Cette preuve par omission pèse bien peu auprès du témoi-gnage formel


Página 174

Colomb que, pendant son absence, Martin Alonso avait déjà commencé à préparer les esprits à la difjcile entreprise dans laquelle


Página 178

" croyons, dit-il, que Martin Alonso et ses frères furent d'un grand secours


Página 179

253.) Fernando Valienle : Si Martin Alonso ne s'était pas déterminé à partir pour ce voyage et pour cette découverte,


Página 180

au conseil des Indes que Martin Alonso était l'associé de Colomb, qui s'était engagé à lui donner la moitié de


Página 183

<< de la mort de Martin Alonso en rabsence de ses fils, ou bien, qu'ayant foi,


Página 199

pour capitaine l'aîné des Pinzon, Martin Alonso. Ses pilotes étaient Francisco Martin Pinzon, frère d'Alonso, et Gristobal Garcia Xalmiento ou


Página 206

étaient donc des (334) " Martin Alonso disait qu'ils étaient [les navigateurs] dans ces para-


Página 212

dicho viaje fiié el dicho Martin Alonso conio persona principal por capitan de uno de sus dos nnvios e sus


Página 219

nuit, lit-on dans ce Journal, Martin Alonso dit qu'il serait bon de naviguer à l'ouest quart sud-ouest (372).


Página 222

pareciô que no decia eslo Martin Alonso por la isla de Cijpanrjo. {Primer viage, octobre.) Ce qui, traduit littéralement, donne


Página 232

rappela publiquement les servi-ces que Martin Alonso avait rendus dans la découverte de TAmérique. aient été tous dans Terreuret que,


Página 557

C. - Alonso (Martin).


Página 558

- Calabres (Anton), serviteur de Martin Alonso.


Página 560

Martin), de Palos, fils de Martin Alonso. Dép. de Rodrigo Alvarez, Santo-Domingo, 5 sept. 1514. Pleilos, Vol. I, p. 370.


Página 560

P. - Nino. (Pero ou Pedro Alonso), de Moguer. Frère de Juan, pilote de la Nina. Journal de Colomb. JO


Página 560

(Francisco), de Moguer. Fils de Pero Alonso, neveu de Juan.


Página 565

voir les lies : decia Martin Alonso que se maravillaha como no parecia, et que Colomb lui répondit quil l'était


Página 637

dicîio Colon e el dicho Martin Alonso andaban hablando e negociando ambos juntos, e vio que Colon se partie, e


Página 638

sobre cl descubriiniento, vio que Martin Alonso aderezaba y aprestaba los navios y recogia y allegaba gente, e asimismo vio


Página 639

dar parte dello al dicho Martin Alonso, el quai dicho Martin Alonso le dixo que llevava muy buena demanda e


Página 640

partu- de aqui al dicho Martin Alonso su padre como capitan principal con sus ermanos por capitanes de los otros


Página 641

cette occasion. Et le dit Martin Alonso lui montra le dit document qui fui un grand encouragement pour l'amiral ,


Página 642

mas de haber oido a Martin Alonso e a sus her-manos, que viniendo a estas partes, la gente que venia


Página 643

qu'il y avait à faire. Martin Alonso lui répondit : Monsieur, pendcz-eu,je vous prie, une demi-douzaine et jetez-les à l'eau


Página 645

se querian volver, el dicbo Martin Alonso habia dicho : Yo no tengo de volver el viage hasta hallar tierra


Página 646

habîa vistola voluntade delerminacion de Martin Alonso e de Vicente Yafiez, su hermano, se habia determinado de buena voluniad de


Página 647

capitanes e con el dicho Martin Alonso e les dixo, que facemos, lo quai fue en seys dias del mes


Página 649

Il répond qu'il sait que Martin Alonso dit à Christophe Colomb : " Monsieur, mon avis est que nous nous


Página 716

(Arias Perez), fils aîné de Martin Alonso, né vers 1470. -Son témoignage sur les rapports de son père avec Colomb,