Geneanet > Pesquisar > Biblioteca

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation a différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution, - son véritable caractère

Registo reservado a membros Premium

Aceda à totalidade da Biblioteca de Genealogia: livros antigos, monografias, jornais antigos, etc. Mais de 3 mil milhões de pessoas indexadas, uma mina de ouro que pode enriquecer a sua genealogia!
A partir de US$ 4,13 por mês

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation a différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution, - son véritable caractère

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation a différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution, - son véritable caractère

Fonte : Internet Archive

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation a différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution, - son véritable caractère

Histoire critique de la grande entreprise de Christophe Colomb, comment il aurait conçu et formé son projet, sa présentation a différentes cours, son acceptation finale, sa mise a exécution, - son véritable caractère

Fonte : Internet Archive

Resultados : ALONSO


Página 10

- 36. - Martin Alonso 26


Página 32

plus intéressés dans ces procès. Martin Alonso était mort depuis près de vingt ans quand ils commencèrent et sou frère,


Página 33

eu des rapports étroits avec Martin Alonso, n'aient pas exagéré la part qu'ils lui ont attribuée dans la grande entreprise


Página 54

Martin Alonso était le chef de cette famille, il avait de la fortune et jouissait


Página 55

à Home: hallù quel dicho Martin Alonso era ido à Roma , et s'il ne l'attendit pas à la Rabida


Página 57

Martin Pinzon, second fils de Martin Alonso, que cette carte est mentionnée pour la première fois.


Página 60

témoin. Arias Ferez, fils de Martin Alonso répondit affirmativement et que ces " deux faits furent regar-


Página 61

on demanda s'ils savaient que Martin Alonso se disposait à aller à ses frais à la recherche des terres que


Página 62

plus tard, les fils de Martin Alonso répondent par l'affirmative et plusieurs témoins disent tenir le fait de lui-même. Il


Página 63

et par la renonciation de Martin Alonso à son dessein d'aller à la recherche des terres dont il croyait connaître


Página 64

la renonciation du fils de Martin Alonso, découle logiquement de Pensemble des dépositions prises, particulièrement de celle du second fils


Página 66

de la l'inla, que commandait Martin Alonso, qu'on vit d'abord la terre , mais Colomb déclara qu'il avait aperçu auparavant


Página 67

écrit. Un homme intelligent comme Martin Alonso, un armateur, c'est-à-dire un homme d'affaires, n'aurait pas procédé autrement. Or, les Pinzon


Página 68

circonstances de la mort de Martin Alonso, en Tabsence de


Página 151

famille, et notamment son chef, Martin Alonso, rendit à Colomb. Mais si on lit avec attention et sans parti pris


Página 152

où les services rendus par Martin Alonso sont mentionnés. Cette preuve par omission pèse bien peu auprès du témoi-gnage formel


Página 172

Colomb que, pendant son absence, Martin Alonso avait déjà commencé à préparer les esprits à la difficile entreprise dans laquelle


Página 176

" croyons, dit-il, que Martin Alonso et ses frères furent d'un grand secours


Página 177

253.) Fernando Valienle : Si Martin Alonso ne s'était pas déterminé à partir pour ce voyage et pour cette découverte,


Página 178

au conseil des Indes que Martin Alonso était l'associé de Colomb, qui s'était engagé à lui donner la moitié de


Página 181

<< de la mort de Martin Alonso en l'absence de ses fils, ou bien, qu'ayant foi,


Página 197

pour capitaine l'ainé des Pinzon, Martin Alonso, Ses pilotes étaient Francisco Martin Pinzon, frère d'Alonso, et Gristobal Garcia Xalmiento ou


Página 204

étaient donc des (334) " Martin Alonso disait qu'ils étaient [les navigateurs] dans ces para-


Página 210

dicho viaje fiiè el dicho Martin Alonso conio persona principal por capilan de uno de sus dos navios e sus


Página 217

nuit, lit-on dans ce Journal, Martin Alonso dit qu'il serait bon de naviguer à l'ouest quart sud-ouest (372).


Página 220

pareciÎ que no decia eslo Martin Alonso por la isla de Cypango. (Primer viage, > octobre.) Ce qui, traduit littéralement,


Página 230

rappela publiquement les servi-ces que Martin Alonso avait rendus dans la découverte de FAmérique, aient été tous dans l'erreur et


Página 555

C. - Alonso (Martin).


Página 556

- Calabres (Anton), serviteur de Martin Alonso.


Página 558

Martin), de Palos, fils de Martin Alonso. Dép. de Rodrigo Alvarez, Santo-Domingo, 5 sept. 1514. Pleilos, Vol. I, p. o"0.


Página 558

(Francisco), de Moguer. Fils de Pero Alonso, neveu de Juan, Dép. de Diego Bermudez, Palos, 15 fév. 1515. Pleilos, Vol.


Página 558

P. - Nino. (Pero ou Pedro Alonso), de Moguer. Frère de Juan, pilote de la Nina. Journal de Colomb, 10


Página 563

voir les tles : decia Martin Alonso que se mara.villa.ba. como no parecia, et que Colomb lui répondit qu'il l'était


Página 634

esta pregunta al mismo i Martin Alonso quel avia traydo el treslado de Roma e se las oyô leer al


Página 635

diclio Colon e el dicho Martin Alonso andaban hablando e negociando ambos juntos, e vio que Colon se partio, e


Página 636

sobre el descubrimiento, vio que Martin Alonso aderezaba y aprestaba los navios y recogia y allegaba gente, e asimismo vio


Página 637

dar parte dello al dicho Martin Alonso, el quai dicho IMartin Alonso le dixo que Uevava muy buena demanda e


Página 639

cette occasion. Et le dit Martin Alonso lui montra le dit document qui fui un grand encouragement pour l'amiral ,


Página 640

màs de haber oido a Martin Alonso e â sus her-manos, que viniendo à estas partes, la gente que venia


Página 641

qu'il y avait à faire. Martin Alonso lui répondit: Monsieur, pendez-enje vous prie, une demi-douzaine et jetez-les à Peau ,


Página 643

se querian volver, el dicbo Martin Alonso habia dicho : Yo no lengo de volver el viage hasla hallar lierra


Página 644

dicho Francisco Garcia quel dicho Martin Alonso daba mucho favor e ponia ânirao al dicho Colon.


Página 645

yndustria e parecer del dicho Martin Alonso, por que era onbre muy sabido, se tomo el dicho acuerdo en las


Página 647

Il répond qu'il sait que Martin Alonso dit à Christophe Colomb : " INIonsieur, mon avis est que nous nous


Página 714

(Arias Perez), fils aîné de Martin Alonso, né vers 1470. -Son témoignage sur les rapports de son père avec Colomb,