Bloqueado

Nom de famille des enfants abandonnés

chrisol
chrisol
Mensagens: 77
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Le cas que vous soulevez est effectivement intéressant... quoique vous ne précisez pas l'année de naissance. En effet, avec la Révolution et la création de l'Etat Civil, les enfants trouvés et/ou abandonnés se trouvaient affectés de deux "noms" (soit 2 prénoms, dont l'un devenait le patronyme, soit un prénom et un "nom" qui pouvait être très surprenant quelquefois).... mais 1 seul prénom, je ne l'ai jamais vu lors de mes recherches dans les hospices.
Cette pratique existait toutefois lorsqu'un enfant illégitime était déclaré sous l'Ancien Régime et au début de l'établissement de l'Etat Civil. En effet, le patronyme de la mère ne lui était pas attribué. Il n'était déclaré qu'avec un seul prénom qui devenait ensuite le patronyme de sa descendance.
Je connais d'autant plus la question que ce fut le cas pour un de mes ancêtres (fondateur de la branche "JACQUES") né en 1819, de père inconnu. Il s'est marié avec une enfant trouvée nommée, elle, Aure Mirtille (donc 2 prénoms... d'ailleurs tout au long de son existence, il est évident que personne ne savait trop quel était son patronyme ce qui explique qu'il fut très difficile de la repérer car son identité fluctuait sans cesse...)
Ce qui est particulièrement intéressant cependant, c'est qu'il se retrouva (lui ou ses descendants, je n'ai pas très bien compris!) avec le patronyme DEDIEU.... en soi, c'est tout un roman....qu'a-t-il pu se passer???
Je sais, personnellement, que cette énigme m'interpellerait!

mamily33
female
Mensagens: 2
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour a tous et merci de vous intéresser au cas de mon arriere-arriere grand père né en 1835 à Foix.

J'ai interrogé ma tante qui est son arrière petite fille mais elle ne l'a pas connu. Mais elle se souvient que sa mère, ma grand mère lui avait dit qu'il était appelé "dit Dedieu" a l'époque les gens avait souvent un surnom et je me demande s'il aurait pu transformer son surnom en nom de famille. En fait le résultat le laisse croire.

delahubaudiere
male
Mensagens: 3
chrisol Escreveu:
05 novembro 2010, 19:07
Ah! oui...pour compléter... J'ai compris pourquoi mon aïeule avait été "nommée" : Aurore Mirtille... La "marque", déposée avec l'enfant, était un bout de tissu rayé jaune pâle (à l'époque on appelait cette couleur : "aurore") et violet (Myrtille?...)
J'ai pu apprendre aussi en suivant la nourrice qui l'a gardée au delà des huit ans ((où elle reçoit une rémunération), que la fille de cette dernière avait prénommée son enfant : Mirtille... Ce en quoi, j'en ai conclus que mon aïeule avait sûrement trouvé une vraie famille d'accueil!!!
Bonjour,
bravo pour votre recherche qui prouve que la curiosité est une jolie qualité.
Votre intéressant travail cible un lieu et une période. Je me permets de vous signaler le livre d'un ami, épuisé (le livre, pas l'ami) qui a traité de la totalité de la période du tour de l'hospice de Quimper (1811 à 1861), et intitulé "Les exposés de Creac'h-Euzen". Il y relève toutes les lois intervenues pendant la période et les pratiques consécutives.

Pour ma part, j'ai traité le sujet des enfants au XVIIIe siècle, mais plutôt sous l'aspect de "l'industrie du nourrisson parisien légitime", touchant une couronne allant jusqu'à 300 km autour de Paris avant la Révolution. 95 % des petits Parisiens étaient envoyés en province environ jusqu'à 2 ans. Je ne sais si, à Marmandes, vous êtes informée de cette pratique de la capitale d'abord, de l'Ile-de-France ensuite. Bien sûr, dans mon roman généalogique "Au Sein de Paris", je traite aussi du réseau des enfants trouvés, tant pour leur voyage à Paris que pour leur renvoi en nourrice. On y voit l'organisation des meneuses et recommandaresses, le rôle du clergé, les mises en place de médecins, de surveillantes, de normes pour auberges, transports, etc.

Relevant tous les décès de petits Parisiens que je trouve en campagne, je les recense sur mon site http://tousauparadis.com pour aider à la reconstitution de l'état civil manquant à Paris. Je les estime à 3 millions entre 1670 et 1910. De quoi s'amuser !

chrisol
chrisol
Mensagens: 77
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour,
Mon travail sur l'Hospice de Marmande (que je n'ai pas publié... bien qu'il le mérite grandement :lol: ) m'a permis de voir justement que les conditions étaient différentes par rapport à Paris (et aux grandes villes, je suppose...). Je me suis aperçue, en effet que le taux de mortalité était moins élevé (enfin.... tout est relatif comparé à nos jours....). Il est vrai que les enfants déposés à l'hospice de Marmande, était très rapidement dirigés vers une nourrice dans un rayon de 15 à 20 km (même si certains, en petit nombre, ont pu aller beaucoup plus loin). Quelques villages autour de Marmande, s'étaient, en quelque sorte "spécialisés" dans l'accueil d'enfants trouvés. Les risques liés au transport, ou au confinement à l'hospice étaient beaucoup plus limités.
De même, je m'attache toujours à rechercher les descendants de ces enfants trouvés qui ont survécu.... C'est très instructif! J'ai pu, par exemple, m'apercevoir que la construction du chemin de fer dans la deuxième partie du XIXème ont offert à certains la possibilité de trouver un métier et de partir (fuir?) de cette région où les racines avaient été coupées.

delahubaudiere
male
Mensagens: 3
chrisol Escreveu:
29 julho 2018, 15:53
Le cas que vous soulevez est effectivement intéressant... quoique vous ne précisez pas l'année de naissance. En effet, avec la Révolution et la création de l'Etat Civil, les enfants trouvés et/ou abandonnés se trouvaient affectés de deux "noms" (soit 2 prénoms, dont l'un devenait le patronyme, soit un prénom et un "nom" qui pouvait être très surprenant quelquefois).... mais 1 seul prénom, je ne l'ai jamais vu lors de mes recherches dans les hospices.
Cette pratique existait toutefois lorsqu'un enfant illégitime était déclaré sous l'Ancien Régime et au début de l'établissement de l'Etat Civil. En effet, le patronyme de la mère ne lui était pas attribué. Il n'était déclaré qu'avec un seul prénom qui devenait ensuite le patronyme de sa descendance.
Je connais d'autant plus la question que ce fut le cas pour un de mes ancêtres (fondateur de la branche "JACQUES") né en 1819, de père inconnu. Il s'est marié avec une enfant trouvée nommée, elle, Aure Mirtille (donc 2 prénoms... d'ailleurs tout au long de son existence, il est évident que personne ne savait trop quel était son patronyme ce qui explique qu'il fut très difficile de la repérer car son identité fluctuait sans cesse...)
Ce qui est particulièrement intéressant cependant, c'est qu'il se retrouva (lui ou ses descendants, je n'ai pas très bien compris!) avec le patronyme DEDIEU.... en soi, c'est tout un roman....qu'a-t-il pu se passer???
Je sais, personnellement, que cette énigme m'interpellerait!
Mon ami Pierrick Chuto a publié "Les exposés de Crec'h Euzen", c'est-à-dire l'hospice de Quimper au XIXe. Tous les textes légaux y sont. Le tour y a été en service de 1811 à 1861. Même à cette période, c'étaient bien les sœurs tenant l'hospice qui choisissaient les noms et prénoms des enfants et les déclaraient ensuite à l'Etat Civil. Sous Louis Philippe, le nombre d'abandon était tel que le nom était inventé en commençant par la lettre de l'année (comme pour les chiens aujourd'hui). Dans les tables décennales, il faut avancer d'une lettre chaque année pour les trouver. Il ne faut donc pas forcément trop se creuser la tête pour trouver la mère, à cette époque où l'on ne la voyait pas. En revanche, sous l'Ancien Régime, la mère faisant généralement baptiser l'enfant avant de l'envoyer à Paris, elle était connue. Ceux qui entraient aux ET avec nom et prénoms étaient généralement légitimes ou avaient suivi ce dernier chemin, et étaient donc abandonnés, ceux qui n'avaient que des prénoms étaient des exposés, donc trouvés et sans pedigree.
En résumé, Ancien Régime, une chance de retrouver la mère par le patronyme, au XIXe avec le tour, aucune chance, sauf si l'enfant a été reconnu plus tard, sous Napoléon III : grosse vague de moralisation entre 1860 et 1870. A voir chez les notaires.

zazoultf49
zazoultf49
Mensagens: 4556
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
bricor Escreveu:
19 outubro 2010, 18:17
Bonsoir,

Je crois que c'était laissé à l'inspiration du fonctionnaire d'état civil.
Beaucoup portent le nom du saint du jour. D'autre porte un prénom comme patronyme.

Un ancêtre de mon arbre a un patronyme inventé ! Il est le seul dans tout généanet avec ce patronyme !  :D
çà explique votre rareté brigitte
"Un oiseau chante d'autant mieux s'il chante dans son arbre" - Jean Cocteau

zazoultf49
zazoultf49
Mensagens: 4556
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Souvent le nom pouvait être le lieu ou l'enfant a été trouvé..

Dans les archives du morbihan sur Lorient j'ai trouvé une Catherine "Escalier", elle avait été déposé sur un escalier, le fonctionnaire de l'état civil n'avait pas chercher plus loin
"Un oiseau chante d'autant mieux s'il chante dans son arbre" - Jean Cocteau

chrisol
chrisol
Mensagens: 77
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Extrait de mon étude sur les enfants trouvés de l'hospice de Marmande qui montre que les "motivations" des Soeurs de la Charité, à Marmande tout du moins, étaient beaucoup plus complexes :

"De l’étude des 1135 noms attribués aux enfants trouvés de l’Hospice de Marmande, entre 1817 et 1835, 5 catégories se distinguent
- Les noms relatifs à la religion : noms des Saints, de l’histoire religieuse (Bible, ancien testament…) (36,2%)
- Les noms relatifs à l’histoire, la littérature (3%)
- Les noms relatifs à la Nature, à l’environnement quotidien (arbres, fleurs, fruits, animaux, mois, jours, métiers, lieux…) (22,6%)
- Les noms relatifs à des traits distinctifs de l’enfant (physiques ou liés aux conditions de recueil de l’enfant ou son caractère…) (19,2 %)
- Une catégorie indéterminée (19%) où malgré toutes les recherches entreprises, leur signification reste obscure
."
Quelques exemples :
- noms liés à la religion et histoire de la religion : Noêl Toussaint (et le calendrier), Alleluia, Sainte, Chapelet, François d'Assise, Ignace de Loyola, Thomas Daquin, Jean Hus(!), mais aussi Moise, Gaspard, Baltazar, Melchior, Job...
- noms relatifs à l'histoire, la littérature : Jules César, Ovide, Virgile, Pompée, Tite Live,... Charles Magne, Henri Quatre, Michel Ange, Philippe Lebel....Christophe Colomb, Améric Vespucce, et même Benjaùmin Constant....
- noms relatifs à la nature, aux lieux, au temps.... : AGNEAU,POMME, PISTACHE, TULIPE, VIOLETTE, SAUMON....COUTHURES, NIL, FUMEL, CLICHY, MEUDON, ALMA, ... et même PEKIN (comme quoi ce n'était pas uniquement le lieu où l'enfant semblait venir!).... par contre TAPIS, c'est bien parce que l'enfant était roulé dans un tapis! Référence aussi à la météo : NéGé, VENTé, GLACé...ou BEAUJOUR!
- noms relatifs aux particularités physiques : BLANCHE, BLONDE, ALBINE, BRUN, BRUNE, DODU, FRISÈ, GRASSETTE, GROS NEZ, NEZ COURT, LEGRAND, LELONG, LEGRAS, LEGROS, MAIGROT, MENU, PETIT, PIEFORT, REPLET, ROUGE, ROUX, ROUSSE et même DOUZEDOIGTS ... et plus génant : DISGRACE, LETARÈ, LE NIN, MINUS, NABO/NABOT . Et puis certains donnaient sûrement une bonne impression : AMIE, BEAUREGARD, BIENVENU, BONNE, BRILLAM, CHARMÈ, CHÈRI et CHERY, DELICATE, DOTÈ, FËTÈE, FRUCTUEUX, GAGNÈ, GAIE et GAY, GÈNEREUX, GRACIEUSE, HEUREUX, JOLI, LEBEAU, LEBEL, LEBON, LÈGER, LÈGÈRE, LEVEILLÈ, LEPRINCE, MARANT, MIGNON, MIGNONNE, PARFAIT, RÈJOUIE, SANTÈ.... et d'autres pas : avec ALARME, BRUIT, CHICANE, GEMIS, GEMITUS, SANS GENE, TAPAGE, MORDRE .... ou même ARIDE, ASSEZ, BANY, CONFUS, CHAGRIN, DÈCUE, DEUIL, DOULEUR, DOLENS, EMBARRAS, ÉPINE, FANÈ, FRAUDÈ, MISERE, RECLUS, REDOUTE, RUSTIQUE, SALO ( ?), SEUL, SERMONÈ, TOMBE, TRISTE, TROMPÈ, TROP TARD, TROP TÔT, TUILE, TUPUS…. Quant à ceux qui mourraient très rapidement, on ne pouvait être plus claire : DÉPART, DONADIEU, MONTE AU CIEL, MORIBOND, MORTEL, MOURANT, OCCIS, PERDU, SOUFFRANT;;;
- et puis ces noms étranges : ABELY, AMASA, BARITE, BESURE, BETULE, CETURA, CHINAQUE, COELI, DAFROSE, DERCILE, DISCORE, DONCOLA, ERIPE, ESMGEOT, FAROU, FOEDOR, IRAÏDE, JOCARD, LALY, LAVIROTE, LULE, MACRINE, MIJOUS, NAZIANGE, ORPHA,SIMIL, REDRAGAL, THERZA, TABIP, TOFFIER, VITALINE, ZIPH, ZOZIME, ZUIRIN ????
A moins d'interroger l'inconscient et les fantasmes des Soeurs de la Charité concernées??? ;)

gillereau
gillereau
Mensagens: 2256
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour

Dans ceux que vous considérez comme "tombés du ciel", Vitaline n'est pas si rare que ça, voilà un exemple

https://gw.geneanet.org/limouziniere?lang=fr&p=marie+vitaline&n=bordage

j'en ai quelques autres du même tonneau, et pas pour des enfants trouvés

Mais c'est vrai que les officiers d'état civil avaient beaucoup d'imagination

https://gw.geneanet.org/limouziniere?lang=fr&n=asclepit&oc=&p=eusebe

https://gw.geneanet.org/limouziniere?lang=fr&p=theodore&n=phylesie

https://gw.geneanet.org/limouziniere?lang=fr&p=alain&n=jehu

Et j'en ai de pleines caisses de cet acabit. Pour passer inaperçus c'était un peu raté

Daniel

chrisol
chrisol
Mensagens: 77
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Oui, il s'agit bien d'enfants trouvés....Il faut dire que lorsque qu'il y avait près d'une centaine d'enfants déposés par an, il fallait bien se "creuser les méninges" pour ne pas donner les mêmes noms et prénoms.
C'est bien pour cette raison que je me suis interrogée sur ce qu'il pouvait bien se passer dans la tête des Soeurs de la Charité (puisqu'en l'occurrence, il s'agissait d'elles) pour donner certains noms?! Il est certain que celui/celle qui avait été "nommé" Letaré, Nabot... et même Tite Live.... ça marquait pour la vie! Une chose est sûre, c'est qu'à une époque où les gens bougeaient pas ou peu.... les porteurs de ces noms étranges étaient immédiatement reconnus comme enfants trouvés.... Une double peine, en quelque sorte!

zazoultf49
zazoultf49
Mensagens: 4556
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Sous la révolution beaucoup de nom des mois révolutionnaires

Le principe était pas de nom du département (après 1801) et de la région

Chaque région a sa particularité
"Un oiseau chante d'autant mieux s'il chante dans son arbre" - Jean Cocteau

mbicaismuller
mbicaismuller
Mensagens: 12305
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonsoir

En parcourant les recensements (1906-1911) de Saint Etienne les orgues 04, je suis tombée

sur Marius JEANJISKAN et et ses 5 petits JEANJISKAN

Ils descendraient d'un enfant abandonné que ça ne m'étonnerait pas !

Cordialement
Marie Louise

Toussant l'intro, sant Andriéu lou sort
Toussaint le commence, saint André le termine

chrisol
chrisol
Mensagens: 77
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Oui, ça ressemble tout à fait :lol:

sabineguidon
sabineguidon
Mensagens: 1
je viens de m'apercevoir que un de mes ancêtres a en effet été un enfant abandonné a Namur, on lui a attribué le prénom et le nom de Pierre Guidon, je me dis donc que Guidon n'est pas ma vraie souche, et pourquoi ce nom?? d'où vient-il??

gillereau
gillereau
Mensagens: 2256
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Ce nom vient de l'imagination de l'officier d'état civil. Donc pour savoir ce qu'il avait dans la tête, ça va être compliqué

Certains avaient, en effet, une imagination délirante

https://gw.geneanet.org/limouziniere?lang=fr&p=eusebe&n=asclepit

https://gw.geneanet.org/limouziniere?lang=fr&p=louis+marcel&n=diopuskin

Cordialement

Daniel

Bloqueado

Voltar para “Abandon et adoption”