Responder

Une horde de Bohémiens à Ploemeur

drabarka
female
Mensagens: 11
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Saviez-vous qu'au 16e siècle, une horde de bohémiens arriva à Ploemeur et que le sire de Guémené leur attribua les landes de Lannénec pour y poser leurs tentes?
De nombreuses aventures qui font aussi partie de l'histoire de la Bretagne ! Quelqu'un peut-il m'apporter des infos que je n'aurai pas? Quelqu'un d'autre s'y intéresse-t-il?

aureyoboss
aureyoboss
Mensagens: 31
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonsoir,

Vers le XVème siècle, une horde de bohémiens, sortie on ne sait d'où, mais ayant vraisemblablement traversé l'Europe, se croyant sans doute parvenue à l'extrémité du monde, arrêta sa course vagabonde entre le Scorff et l'Ellé, sur le territoire du Prince, ou plus exactement, du Sire de Guémené, puisque le grand fief de ce nom ne fut érigé en principauté qu'en 1571. Ces étranges voyageurs, que chacun fuyait avec effroi, et que les populations anathématisaient en quelque sorte, en les classant avec les Lépreux, ces parias du moyen-âge, sous la dénomination commune de Cacous, sollicitèrent du Sire de Guémené, des terres pour y fixer définitivement leurs tentes, voulant demander au travail et à l'industrie, pour vivre, les ressources qu'ils n'avaient cherchées jusqu'alors, et de générations en générations peut-être, qu'au moyen de jongleries, de rapines et pis encore souvent. Ce seigneur, pratiquant l'hospitalité comme autrefois le comte Erech, accorda à ces bohémiens, non loin de Lannenec, une certaine portion de terres incultes, prise dans un vaste canton de terres vaines et vagues nommé Lande de Behoy, sur les confins des trois paroisses de Ploemeur, Lesbin et Guidel. Ces parias y fondèrent en effet un village qui prit le nom de Poullou-Riantec, lieu qui existe encore en la commune de Ploemeur sous le nom défiguré de Poullorio. Contraints de vivre entre eux, de se marier entre eux, comme les lépreux, ces nouveaux venus, dont les descendants ont été pendant plusieurs siècles poursuivis dans le pays sous le nom injurieux de Cacous, qui n'y est peut-être pas encore complètement éteint, ces nouveaux venus, disons-nous, chrétiens ou du moins convertis bientôt au christianisme, ne pouvant fréquenter les églises avec le commun des fidèles, se virent obligés d'élever à leurs frais un humble oratoire au milieu de leur village, oratoire qui fut placé sous la dédicace de sainte Madeleine, patrone ordinaire des léproseries.

drabarka
female
Mensagens: 11
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour, merci d'avoir répondu à cette discussion; en effet ces bohémiens ont été mélangés aux Cacous, appelés aussi Cagots qui d'après les historiens seraient les descendants des Goths, des Arabes ou des Albigeois très nombreux en Gascogne et au Pays Basque. Les cagots étaient "accusés" d'apporter la lèpre, ce qui les a stigmatisés pour des générations . Ceux de Ploemeur, en effet travaillaient dans les corderies et ne pouvaient se mélanger à la population locale, ni même aller à l'église ou se faire enterrés au cimetière. Quand ce droit leur fut enfin accordé, les gens de Ploemeur allaient jusqu'à déterrer leurs cadavres pour les jeter dans les fossés , de nombreuses bagarres eurent lieu!! N'oublions pas que la crainte de Dieu crée la crainte de l'autre voire la crainte tout court!!! Un étudiant en archéo m'a dit que le vrai village de Poullorio où vivaient ces Cacous bretons se situerait à l'emplacement même de l'actuel Palais des congrès de Lorient.
Quant aux Bohémiens, arrivés à la fin du XV siècle, ils font partie de la bande qui accompagna la Duchesse Anne au Pélerinage du Mont Saint Michel, ils bénéficiaient en Europe de passe droit de Sigismond qui en échange les utilisait dans ses armées. Ils furent coincés en Bretagne à cause des édits contre eux en France, en Italie, en Suisse, mais le roi Jacques V d'Ecosse en fit passer un certain nombre en Ecosse et au Danemark. Ceux qui restèrent furent pour un moment protégé par la noblesse bretonne (tant qu'elle pu se protéger elle même!). Il est certain qu'eux aussi devaient effrayer la population locale de part simplement leur aspect physique et leur nature de mercenaire! N'oublions pas qu'il venaient de loin et avaient vu de nombreux pays aux différentes croyances et coutumes, il était logique qu'ils s'en amusent.
Ils ont toutefois fini par se fondre dans la population car pour pouvoir garder leurs chevaux, ils durent travailler avec. Ils durent aussi prendre un nom pour l'état civil mais continuèrent probablement pour un certain temps à se mélanger entre eux.
J'ai lu que les Rohan avait des archives les concernant  et je cherche toute infos sur la petite noblesse bretonne de Clohars, Quéven, Guidel, Gestel ....
A bientot pour la suite de cette discussion Amicalement Kty

monaji
monaji
Mensagens: 6
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour, je m'appelle JOCELYNE et je viens enfin de trouver ce site de forum, très intéressant, peux-tu me repréciser le nom de cette bataille et l'année,  au nord de l'Inde ? car je n'ai pas noté. Sais-tu les pays traversés depuis ces contrées jusqu'en Bretagne et l'Arménie en fait-elle partie ? Ont-ils pénétré en France par l'Est,  ce qui expliquerait l'origine de certains noms dans notre famille. Bises. Ta cousine JOCELYNE LAPLACE.

drabarka
female
Mensagens: 11
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour cousine "je m'appelle Jocelyne" ;D
Les Romane Chave ont quitté  l'Inde suite à la bataille de Teraîm qui eu lieu en 1192 qui eu lieu dans les plaines de Kurukshetra au Nord de Delhi entre les armées musulmanes réunies venues de tous les horizons mais surtout mogholes commandées par Mohamed Ghori et la coalition des Rajputs indiens commandées par Pritviraj Chauhan. Les musulmans attaquèrent en pleine nuit avec 300 000! cavaliers archers et suite à leur défaite les Romane Chave préférèrent l'exil à l'esclavage; ils fuirent par l'Afghanistan. Cette bataille fut déclenchée par le début des croisades entre musulmans et chrétiens, c'est très important de le dire car ensuite leur vie à travers l'Europe jusqu'à la fin du Moyen Age  sera totalement dépendante des rivalités entre ces deux religions; c'est probablement ce qui les fit servir dans les armées de Sigismond qui tentait de réunir la chrétienté qui subissait quelques schismes intérieurs.On leur a souvent reproché d'être paîens ou ils n'étaient pas cru sur leur hypothétique conversion: ils n'avaient pas le choix pour avancer en Europe par les chemins de pélerinage . Beaucoup de Romane Chave se fixèrent en Europe de l'Est dans le bien-être au départ et dans le malheur ensuite puisqu'ils furent en tant qu'apatrides réduits en esclavage en Valaquie,Moldavie pendant 500 ans ( abolition de l'esclavage en Europe : 1850) et n'ont pas de meilleur sort encore aujourd'hui dans ces pays.
Mais la bande de Bohémiens qui nous intéressent transita un certain temps en Petite Egypte qui serait la Colchide , l'actuelle Géorgie? Cette bande stationna en Suisse et de nombreuses chevauchées en Italie puis se sépara en trois kumpanias (à l'époque ces bandes étaient des compagnies militaires avec femmes et enfants) avec leurs chefs.
3 directions: l'Espagne, la France, les pays du Nord (Allemagne, Norvège, etc), ceux qui restèrent un peu trop longtemps en Allemagne se firent pour beaucoup refouler jusqu'en Russie, Lithuanie, Lettonie. Je résume , cousine  ;)parce qu'il faut arriver à Ploemeur. En France, ils arrivent à la fin du Moyen Age où bon nombre de sources les citent
mais n'ayant plus d'armées qui les engagent (et dons n'étant plus utiles), des édits armés de propagande de l'époque les chassent. Comme je l'ai déjà dit,ils arrivent en Bretagne
par l'influence de la Duchesse Anne et semblent profiter de la protection de la petite noblesse bretonne antérieure à 1500, ce qui nous ramène au sujet du forum. Mais comme la Bretagne devient française, alors que les Bretons deviennent français, les Bohémiens deviennent bretons (logique :-\). Il est vrai que leur histoire est mélangé en Bretagne notamment à celle des Cacous. C'est une période de misère pour la Bretagne; pour cette période de l'histoire bretonne sur cette côte , j'aimerai beaucoup que des spécialistes érudits interviennent afin de satisfaire notre besoin de savoir et notre  curiosité !!!!!
Je remercie quand même les personnes qui m'ont déjà fait avancer à petits pas et pour ceux qui ne savent pas ou qui n'osent pas intervenir sur ce sujet, l'exellent livre de Vaillant- Les Textes Essentiels- Les Rômes histoire vraie des vrais bohémiens, tous les livres de Vania Gila-Kochanowski, un super roman de Lakatos Couleurs de fumée et pour ceux qui aiment la musique le Festival Jazz Django Reinhart à Samois(77) en Juin, l'occasion de rencontrer ses cousins norvégiens 8)
Je t'envoie une petite phrase que j'adore: fifidir ruvensa sir korakensa! (mieux vaut vivre avec les loups qu'avec les corbeaux!)
A bientot  :-* Kty

Responder

Voltar para “Morbihan (56)”