Responder

Gendarme ou pas ?

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica

Gendarme ou pas ?

Mensagem 08 setembro 2019, 11:01

Bonjour à tous,

En plein dans ma rédaction généalogique je me retrouve confronté à un gros point d'interrogation: ce cousin était-il, ou pas, gendarme?
Réalité, erreur d'écriture de l'agent de l'Etat-civil, voire fake municipal? :lol:

Voici les faits:
Victor Joseph Pelzin, né le 7 mars 1841 à Monêtier-Allemont épouse Suzanne Duchêne le 2 février 1868 à Ventavon. A moins d'avoir mal lu l'acte de mariage n°3 (NMD Ventavon 2E 183/6/2 Mariages 1863-1872 p. 34/63), je lis que Victor Joseph exerce la profession de cultivateur.
Ça, c'est une chose !

Nota: je n'ai pas trouvé, le concernant, de registre matricule. Ce qui aurait pu aider...

Lorsque Victor Joseph décède le 5 janvier à Abriès, sur son acte de décès (NMD Abriès 2E 1/11/1 décès 1877-1883 p. 8/61) il est dit que... Victor Joseph Pelzin, âgé de trente huit ans, gendarme, domicilié en cette commune, fils de Victor et de Virginie Roche, Epoux de Suzanne Duchêne, est décédé à deux heures du soir, dans la caserne de gendarmerie."
:?:
Bon ! Qu'il soit décédé dans une caserne de gendarmerie n'indique pas qu'il est gendarme. Ensuite, lorsque l'on lit les pedigrees des témoins déclarant le décès, ils sont dits cultivateurs.
Si un gendarme était décédé dans une caserne de gendarmerie, les déclarants seraient des gendarmes. Non ? Ou alors je marche sur la tête. :o

D'autant que je m'interroge derechef.
Comment un homme, cultivateur de profession, du moment où il a commencé à travailler jusqu'à 1878, en sus claironné sur tous les actes qu'il est cultivateur, devient soudainement, par l'opération du Saint Esprit, un gendarme au jour de son décès?
Là, j'ai un bug!

Si les honorables membres du forum ont une suggestion, voire une piste ou une solution, je suis attentif et sais gré des réponses proposées.
Merci par avance de votre aide.

Cordialement
pzn
Sans titre 10.jpg

delsergio
male
Mensagens: 1515
Bonjour

Votre cas est effectivement bizarre.
Un Gendarme était un militaire de carrière.
En général, on devenait Gendarme après avoir fait son service militaire (7 ans à cette époque) mais certains étaient admis après seulement 2 ou 3 ans dans l'armée.
A mon avis, s'il avait été Gendarme, vous auriez dû trouver cette mention sur un acte bien avant son décès.
Imagem

psaliou
psaliou
Mensagens: 8608
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour,
Les actes de décès sont déclaratifs et on y trouve parfois des informations farfelues. L'officier d'état-civil ne copie que ce qu'on lui demande de copier.
Je suivrais plutôt la piste d'un cultivateur un peu "border-line" capturé par les "archers" et qui ne s'en est pas remis.
Kenavo,
Pierre

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Merci à vous deux,
D'accord avec delsergio concernant les conditions pour être gendarme. Effectivement ça ne colle pas avec tout le reste. Victor ne pouvait pas être gendarme.

Psaliou ouvre une perspective intéressante. Cette histoire de garde champêtre est une trouvaille. Cela sous-entendrai que Victor était engagé par la mairie d'Abries.
Dans ces conditions, son engagement aurait peut-être été accepté par le conseil municipal.
Si les archives de la municipalité sont en ligne, je vais consulter ce qu'il est proposé; peut-être aurais-je la réponse. Maintenant, reste à savoir ce qu'ils entendaient par le terme de gendarmerie. Un local servant de bureau au garde champêtre ? Appellation pompeuse !
Par ailleurs en cette année 1878, même dans un petit patelin des Hautes-Alpes, un événement pareil n'a pas dû rester inaperçu.
Un journal local se serait-il emparé de l'information ? Que pouvait-il exister comme journal, dans cette région, et à cette époque ? Voilà un défi intéressant !
Encore merci à vous deux, et peut-être que d'autres personnes auront des tuyaux pour démêler les fils de cette énigmatique histoire.
Cordialement,
pzn

fvielfau
fvielfau
Mensagens: 8436
Árvore : Não gráfico
Ver a árvore genealógica
bonsoir

114 km entre Ventavon et Abriès
a-t-on une idée pour cette trotte effectuée par un cultivateur ?

il a vécu, entre 1868 et 78, la guerre de 70
il a pu rempiler dans la gendarmerie…

mais… le chef-lieu de canton n'est pas à Abriès, mais à Aiguilles
https://fr.wikipedia.org/wiki/Canton_d%27Aiguilles
ce qui me trouble, donc, alors … pourquoi une gendarmerie à Abriès ?

François

psaliou
psaliou
Mensagens: 8608
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
J'ai modifié mon message, je n'ai pas réussi à me convaincre que le garde-champêtre pourrait être une piste mais pourquoi pas?
J'ai plus souvent rencontré des retours de marché trop arrosés qui se finissent, au mieux, au violon, au pire au fond d'un fossé ou.... par un décès au violon. La presse locale peut en faire état?
Kenavo,
Pierre


genbasit
female
Mensagens: 2327
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour

La table n'a pu que recopier la qualité indiquée sur l'acte de décès. ..
Avez vous parcouru la liste des conscrits tirés au sort de 1861 ? Les AD indiquant que les registres sont inexistants pour cette période. ..

https://archives.hautes-alpes.fr/ark:/23599/vta8582dc740fc88509/daogrp/0/layout:linear/idsearch:RECH_20da4ec8aabfccab88339380dc004e4b#id:2082862372?gallery=true&brightness=100.00&contrast=100.00¢er=4542.273,-1685.972&zoom=8&rotation=0.000


Cordialement.

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour à tous,

Mille pardons pour ne pas avoir répondu si vite, j'étais dans l'impossibilité totale de le faire.

Vous avez tous soulevé des pistes fort intéressantes et je m'y atèle tout de suite dessus. Bien évidemment, je vous ferai part de mes trouvailles.

Encore MERCI à tous et pardonnez mon retard.
Cordialement
(s) pzn

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Bonjour à tous,

Je reviens vers vous afin d'apporter un complément à mon post.

Afin d'en savoir un petit peu plus, j'ai adressé un courrier à Monsieur Bonnardel, maire d'Abriès.
Voici sa réponse:

" ...Oui, il y avait bien une gendarmerie à Abriès et aucune confusion n’est possible avec le garde-champêtre (qui est un employé municipal assermenté).
Il n’est nullement anormal qu’un agriculteur devienne gendarme A la fin du XIX° siècle, avec le début de l’exode rural, l’arrivée du progrès et la disparition du droit d’aînesse, beaucoup de fils d’agriculteurs ont abandonné leur terre et sont devenus fonctionnaires
. "

Si sa réponse est fort claire, l’absence du registre matricule est une grosse perte. Sans ce document, il n'est guère possible de connaître le déroulement de la carrière militaire de cet homme, tout comme la date de son engagement en gendarmerie.

Encore merci à tous de votre aide,
Cordialement
(s) pzn - Patrick

delsergio
male
Mensagens: 1515
Bonjour

Vous pourriez tenter une recherche au SHD Vincennes dans les registres de la Gendarmerie des Hautes-Alpes :
42 Yc 430 21/12/1868 - 15/09/1890
42 Yc 433 11/02/1879 - 01/10/1899
Imagem

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Merci ;)

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
J'y songe, dans mon souvenir, seul les dossiers des Officiers sont conservés au SHD de Vincennes. Victor Pelzin étant, selon toutes probabilités, sous-officier de gendarmerie, son dossier ne se trouverait pas au SHD.

Pourquoi n'était-il pas officier ?
Sur le registre du tirage au sort de 1841 (cf l'image jointe) , il est annoté dans la rubrique de l'instruction qu'il est classifié 1-2, ce qui signifie "sait lire et écrire". Or, pour être officier, il fallait un degré d'instruction largement supérieur à 3 ( possède une instruction primaire plus développée ) et tutoyant le 4 ( a obtenu le brevet de l'enseignement primaire) pour ne pas dire 5.

En outre, on sait de source sûre qu'il n'est entré en gendarmerie qu'à plus de 33 ans. Cette affirmation est simple: En 1872, marié depuis quatre ans, il est recensé avec son épouse à Ventavon (cf autre image jointe). Sur le registre son âge est mentionné. Au recensement suivant, celui de 1876, le couple n'habite plus à Ventavon et je perd sa trace.
Le registre du recensement d'Abriès (où il est décédé en 1878) n'existe pas. Pas plus que ceux de la période 1870-1884.

Raisonnablement, on peut en déduire qu'il a fait, à minima, une instruction de gendarme. Même à cette époque on ne devenait pas gendarme d'un simple claquement de doigts.
Questions: - Où a-t'il fait son instruction de gendarme? Dans une Ecole de sous-off. Ça existait à l'époque? Quel fut son cheminement pour rempiler?
Il a fait son service militaire entre 1861 et 1864 et est revenu dans le civil. Huit ans à cultiver la terre des Hautes-Alpes, entre la quille et coiffer le taconnet... ça fait un petit long à mon goût. Mais peut-être me trompe-je ! :D

Autre question qui me turlupine. En 1878, un gendarme qui décède, même à l’intérieur de l’enceinte de la gendarmerie, ça doit faire du tintouin ! Quelqu’un sait-il si cet épisode, qui marque la vie d'une cité (entre 1876 et 1881 il y avait à peu près 1000 habitants (source wikipédia) ), a été transcrit dans les pages d'une gazette locale? Quels journaux de l'poque et de la proche région auraient pu s'emparer de ce fait divers (?) fort peu inhabituel?

S'il existe parmi vous des spécialistes instruits dans l'Histoire de la Gendarmerie de Papa, étant curieux je demeure attentif aux suggestions et je les remercie par avance de leurs peines.
Merci de vos réponses.
(s) pzn

PS, concernant le SDH: ils ne répondent pas aux demandes émanant de courriers et de courriels, il faut consulter sur place. Corollaire: certains me savent handicapé à plus de 80%; vous pensez bien que je vais traverser la France pour aller au château de Vincennes compulser d’hypothétiques documents :D
Anexos
01_tirage au sort victor pelzin.jpg
02_Ventavon 1866.jpg

delsergio
male
Mensagens: 1515
pzn Escreveu:
18 setembro 2019, 15:31
J'y songe, dans mon souvenir, seul les dossiers des Officiers sont conservés au SHD de Vincennes. Victor Pelzin étant, selon toutes probabilités, sous-officier de gendarmerie, son dossier ne se trouverait pas au SHD.
C'est pour ça que je vous ai conseillé de chercher dans les registres de la Gendarmerie qui, eux, ne concernent que ceux qui ne sont pas officiers.
pzn Escreveu:
18 setembro 2019, 15:31
Pourquoi n'était-il pas officier ?
Pour être officier dans l'armée, soit vous passez par une école, soit vous montez tous les échelons depuis soldat jusqu'à sous-lieutenant, ce qui prend beaucoup d'années.
pzn Escreveu:
18 setembro 2019, 15:31
Raisonnablement, on peut en déduire qu'il a fait, à minima, une instruction de gendarme. Même à cette époque on ne devenait pas gendarme d'un simple claquement de doigts.
Questions: - Où a-t'il fait son instruction de gendarme? Dans une Ecole de sous-off. Ça existait à l'époque? Quel fut son cheminement pour rempiler?
L'instruction de gendarme, c'est celle que l'on vous donnait lorsque vous arriviez au corps (il n'y avait pas d'école spécifique). C'est pour cela que la Gendarmerie préférait avoir des recrues qui avaient passé quelques années dans l'armée. Elle n'avait pas à les former au maniement des armes et au combat.
pzn Escreveu:
18 setembro 2019, 15:31
PS, concernant le SHD: ils ne répondent pas aux demandes émanant de courriers et de courriels, il faut consulter sur place. Corollaire: certains me savent handicapé à plus de 80%; vous pensez bien que je vais traverser la France pour aller au château de Vincennes compulser d’hypothétiques documents :D
Vous avez la possibilité de passer par des sites d'entraide (FranceGenWeb, Le Fil d'Ariane, ...).
Le SHD accepte aussi de faire la reproduction (payante) de dossiers pour lesquels vous connaissez la cote.
Imagem

pzn
male
Mensagens: 66
Árvore : Gráfico
Ver a árvore genealógica
Ah, reçu. Merci pour ce complément :)
Cordialement

Responder

Voltar para “Hautes Alpes (05)”